/* */ /* */

mardi, décembre 21, 2004

Bienvenue en France

Dimanche, j'arrive à Roissy depuis Vienne après les deux heures de vol réglementaire. Je m'enfourgue aussitôt dans le RER, mais manque de bol, il attend à quai pendant une heure, pendant qu'on entend dire "En raison d'un accident de voie, les trains vers Paris ont du retard, restez à bord".

Au bout d'une heure, on nous dit de prendre les lignes 350 et 351 qui vont à Paris aussi. L'equivalent de plusieurs trains pleins cherche les pauvres bus; je n'ai pas cherché un taxi, pensant que les bus étaient des navettes supplémentaires ajoutées en nombre. Ben non, les bus étaient bondés, ils ont desservi toute la banlieue nord jusqu'à Gare du Nord, et je suis arrivé 2 heures après à Paris.

J'ai mis plus de temps pour faire Roissy-Paris que Vienne-Roissy. Les annonces en anglais étaient bien approximatives, les pauvres étrangers ne comprenaient rien de ce qui se passaient. On a quand même réussi à en rigoler dans le bus.

C'est le bazar, je me sens à la maison.

samedi, décembre 18, 2004

Soirée DVD

Pour fêter le dernier jour de boulot avant les vacances, j'ai fait une soirée DVD chez A. Elle a une collection de films et de concerts terribles, et après les concerts intégraux de Goldman et de Robbie Williams, on a pu commencer Les Uns et les autres. Et bien un Lelouch à 11h du soir, c'est pas évident à suivre; surtout quand c'en est un qui dure trois heures.

Heureusement qu'on est fort, et qu'il nous restait du temps pour se regarder Moulin Rouge :-)

Par contre, pour faire ma valise aujourd'hui, il restait carrément moins de temps. C'est drôle comme on a toujours moins de temps pour les choses moins marrantes.

vendredi, décembre 17, 2004

Nathalie

nathalie

Encore un cinéma d'art et essai cette semaine, mais cette fois-ci avec I., et pas en version originale.

Le film s'appelait Nathalie, sombre histoire de couple (voire de trio) qui doute et de stratagème péripatéticien. Certes, le sujet est moins léger que Bridget Jones, mais l'histoire est assez prévisible. Malgré un bon jeu d'acteurs (et les trois -presque- seuls acteurs du films le sont), on s'ennuie quand même un tantinet. Mais en ayant après débriefé le film avec I., j'ai vu que le film lui avait plutôt plu.

La prochaine fois que je vais au ciné avec une minette, c'est moi qui choisis le film. (bon, il faut dire que celui-ci était dans les choix que j'avais préselectionnés et proposés, alors je suis aussi un peu coupable)

jeudi, décembre 16, 2004

Turkiye


Et une entrée politique sur le blog, une!
Comme le conseil européen se prononce demain sur l'ouverture de négociations pour l'entrée de la Turquie, c'est une bonne occasion d'exprimer son avis.

En plus, on est littéralement submergé par le sujet dans les médias, alors un commentaire de plus ou de moins...

Je prévois un oui du conseil européen demain; la frilosité des francais sur la question (les seuls en Europe, avec les Autrichiens) est difficilement compréhensible. L'argument francais "antiturc" le plus important est que l'Europe va se diluer, et perdra de son unité, sera moins gouvernable, etc; l'argument est signe de faiblesse et de manque de volontarisme pour aller de l'avant avec un pays puissant, stratégique, euro-enthousiaste et qui a fait des efforts (et qui doit en faire encore beaucoup).

Autant l'Europe doit rester intraitable sur les questions des droits de l'homme et de démocratie, autant elle se doit d'intégrer un pays qui apporte avec lui plein d'espoir pour une diplomatie européenne forte de la paix au proche-orient, pour une croissance économique élevée qui risque de faire tâche d'huile dans la "vieille" Europe, pour une démographie dynamique (alors que les Européens semblent avoir perdu le mode d'emploi de la fabrication des bébés), et pour aider à faire un vrai contrepoids régional aux influences (militaires?) chinoises, russes, et américaines. Sans compter tout ce que ca va apporter aux Turcs eux-mêmes, et tout ce que ca leur a déjà apporté.

Il ne faut pas que Chirac et le PS cèdent au populisme ambiant qui vise à effrayer les francais (et les autrichiens :-) sur la question turque, mais qu'ils sachent renouveler les engagements (courageux) de De Gaulle et Mitterrand.

Weihnachtsfeier


C'était mardi soir dans la cantine de la boite. Une bonne occasion d'apprendre à connaitre certains collègues un peu mieux, autour d'un buffet et de quelques trucs à boire, après les discours d'usage du président et du délégué du personnel.

Comme nous avions des invités japonais et américains cette semaine, ils sont venus aussi, et ont été bien surpris par l'ambiance qui régnait.

Taux de participation: pas loin de 100%, impressionnant.

Terre battue

Hier soir, une heure et demie de tennis sur terre battue. Etonnament, ca n'a pas été trop dur de s'y remettre (la permière fois depuis bien trois mois). A. n'est pas aussi mauvaise qu'elle le prétendait, et si on n'était pas encore au niveau de nos voisins de court, il y a de l'espoir.

mardi, décembre 14, 2004

L'âge de raison (2)

"L'âge de raison", c'est effectivement le titre du deuxième Bridget Jones en francais. Mais le titre original, c'est "The Edge of Reason". On dirait bien que la traduction francaise est phonétique ("The Age of Reason").

L'allemand traduit mieux en l'occurence: "Am Rande des Wahnsinns", soit "A la limite de la folie".

Et que dire de l'espagnol, "Sobreviviré", "Je survivrai"?

La curiosité m'a poussé à aller chercher le titre en polonais: "W pogoni za rozumem", soit "A la recherche de la raison".

Hofburg

J'ai mangé hier soir avec A. dans un restaurant typique viennois, où on commande à boire à la table, mais on va chercher à manger au buffet, où on se fait servir copieusement du salé comme du sucré. On a notamment gouté des espèces de mousses salées à tartiner sur du pain, dont il va falloir que je recherche le nom.

En sortant, petite balade digestive dans le premier Bezirk; on est tombé au détour d'une ruelle sur le palais Hofburg, que j'ai tenté de prendre en photo (de nuit, ca ne rend pas terrible), un immense bâtiment, ou plutôt un complexe de bâtiments, avec des passages et ruelles qui le traversent dans tous les sens. À en croire mon guide, c'était la résidence principale de la monarchie et de l'empire (la résidence secondaire étant Schönbrunn).

dimanche, décembre 12, 2004

Acnée

Tiens, si jamais j'ai une crise d'acnée violente un jour, je sais dans quelle clinique aller; Viktor Iouchtchenko est venu depuis Kiev jusqu'à Vienne ce weekend pour faire analyser ses symptômes acnéïques politiquement bien bizarres.

L'âge de raison


Quelle aventure pour trouver LE cinéma qui passait Bridget Jones en VO... La rue n'existait même pas sur le plan, on s'est fait toutes les petites rues du centre dans tous les sens.

On a finalement trouvé, et je n'ai pas regretté de le voir en anglais, ca fait au moins un bon exercice de langue à défaut d'un exercice de compréhension de l'intrigue, euh... assez plate et déjà vue.

Café tristesse


J'arrivais avec A. au Café Central, café viennois typique, où les viennois viennent refaire le monde et lire leur journal pendant des heures, quand j'ai eu un coup de fil qui m'annonçait une bien triste nouvelle.

Le jazz du café et le sourire de mon accompagnatrice n'ont pas vraiment réussi à me rendre ma bonne humeur.

Mine de rien, il faut profiter du temps qu'on a ensemble avant de laisser partir ceux qu'on aime.

Aux armes!


Hier j'étais à la piscine, mais en spectateur, pour assister aux phases finales des championnats d'Europe de natation en petit bassin.

C'était la première fois que je voyais une compétition de natation, et j'ai été agréablement surpris: ça se succède vite, en alternant filles et garçons, courses et remises de médailles.

Coté français, la deuxième place dans une demi-finale de Malia Metella, et la victoire en finale du 100m nage libre de Frederick Bousquet, qui entendait sa première Marseillaise. D'ailleurs, le rythme était peut-être un peu trop élevé, parce que tous les hymnes ont été tronqués au bout d'une minute. Pour la Marseillaise de Frédérick, ça donnait "Aux armes!..." et puis plus rien d'un seul coup.

On a vu aussi un nouveau record du monde en relais filles medley à la sauce hollandaise. Impressionnant comme ils nagent vite tous ces jeunes. J'ai encore du progrès à faire le dimanche après-midi.

jeudi, décembre 09, 2004

OPA hostile


Horreur! La grande méchante société allemande qui veut racheter le petit groupe autrichien actionnaire de ma boîte (parmi les 6 premiers, rappelez-vous) a déjà commencé à racheter la rue et la station de métro du boulot :-)

C'est vécu en Autriche comme une agression du grand voisin transalpin, et les salariés autrichiens du groupe sus-nommé ne dorment pas tranquilles depuis quelques semaines (chacun a les transalpins qu'il mérite).

Ceci dit, une station de métro avec un nom comme ca, moi j'appelle ca du sponsoring. Ils pourraient au moins baisser le prix du ticket de transport!

mercredi, décembre 08, 2004

Un grand appart nuit aux petits plats

Je me disais bien que je n'aurais pas du opter pour un grand appart. Comme la cuisine est au bout de l'appart, et que j'étais pris par le match à la télé, je n'ai pas vu (senti) la catastrophe venir.

Et voilà ce que j'ai découvert après avoir aéré la cuisine.

La prochaine fois, j'installe le canapé et la télé dans la cuisine.

Axe des fouines


Vous connaissez l'axe des fouines? ou bien "axis of weasels" dans la langue de Bush. C'est la coalition des "lâches" qui s'est opposée à l'intervention américaine en Irak, au premiers rangs de laquelle l'Allemagne, la France, la Russie, etc.

Et bien je croyais que l'Autriche, pays neutre, n'en faisait pas partie, avant que je réalise que le train qui m'emmène tous les jours au boulot a cette tête, que j'ai prise en photo hier (c'est d'ailleurs marqué en toutes lettres "Wiesel", "fouine"). C'est peut-être pour éviter les attentats contre les trains comme à Madrid, en montrant bien dans quel camp se trouve le pays.

Question: est-ce que les trains de banlieue en Corée du Nord sont décorés aux couleurs de Satan? :-)

Quart d'heure culture

Aujourd'hui, j'ai le droit de passer la journée chez moi, c'est férié en Autriche. La fête s'appelle "Maria Empfängnis", ou bien "Immaculée conception", ou encore "Inmaculada Concepción" en espagnol.

C'est un dogme de l'Eglise catholique, qui signifie que "Marie, mère de Jésus-Christ, fut conçue exempte du péché originel, et n'est en rien lié à la croyance selon laquelle Jésus fut enfanté par une mère vierge." dixit Wikipédia. Il y a aussi un lien encore plus professionel (qui a dit intégriste?), sur l'encyclopédie catholique.

Le 8 décembre, c'est donc la date supposée de la conception de Marie.
Et le 8 décembre est donc férié dans les pays où la religion catholique prédomine, comme en Autriche ou en Espagne.

lundi, décembre 06, 2004

Désaccord

Je pense aller voir les finales des championnats d'europe de natation ce weekend à Vienne (oui, maintenant que j'ai perdu mon maillot de bain, je n'ai pas d'autre solution que d'aller regarder les autres nager...).

Mais j'ai lu que Laure Manaudou, médaillée olympique à Athènes, ne sera pas du voyage à cause de propos limites échangés avec la fédération de natation. Dommage pour elle, et pas de bol pour moi.

dimanche, décembre 05, 2004

Bons souvenirs


De bons souvenirs avec ce petit weekend à Düsseldorf, bien chargé entre repas d'ex-collègues, théatre, marché de Noël, bars, boites, rencontres marrantes. Et surtout beaucoup de alt!

Si tous ceux à qui j'ai lancé des invitations à Vienne ce weekend me rendent effectivement visite, ca va promettre pour 2005...

En tout cas, ca fait du bien d'entendre parler allemand normalement. Mais je ne dois pas m'habituer, les collègues m'attendent de pied ferme demain.

jeudi, décembre 02, 2004

Jouons!

Je me suis souvenu d'une discussion interessante que j'ai eu au Louisiana il y a un peu plus de trois mois. Il s'agissait (entre autres) de définir l'homme (pas par opposition à la femme, hein, sinon trop facile) et je m'étais empêtré dans des définitions que je n'arrivais pas à défendre (mes cours de philo remontent à loin).

C'est encore Wikipedia qui m'a suggéré l'idée: "le jeu, à l'image du rire, est candidat au statut de propre de l'homme; en effet, l'homme serait la seule espèce à jouer à l'âge adulte." Le jeu étant défini comme une activité qui doit être "libre, séparée (circonscrite dans l'espace et le temps), incertaine, improductive, réglée, fictive".

J'aurais bien cité le singe ou le chien en contre-exemple, il faudra qu'on m'explique pourquoi apparemment ça ne colle pas.
En tout cas, je trouve que c'est une définition sympathique de l'homme. Qui justifie au passage l'improductivité par nécessité d'affirmation de la condition d'humanité; ce qui est rassurant aujourd'hui où la performance semble la condition sine qua non de progrès.

Bien sûr, ça ne justifie pas l'improductivité non libre ou non fictive (comme celle de mes informaticiens grévistes, encore que... - voir Outsourcing).

Comme disait l'autre qui mentionnait l'aliénation par le travail, le jeu permettrait de se libérer. Mais n'est-ce pas simplement un bon moyen pour la société d'endormir ses membres (jeux d'argent? jeux télévisés?) en limitant justement l'improductivité dans l'espace et dans le temps?

Rentrée littéraire


Médiathèque

Pendant que les socialistes francais votaient en interne sur la question de la constitution européenne, et donc comme je n'avais moi-même pas le droit de donner mon avis (mais ils ont trouvé la bonne réponse sans moi), j'étais hier soir à la médiathèque de l'institut francais.

Au programme: présentation de bouquins sortis récemment en France, avec lecture d'extraits, parmi lesquels j'ai remarqué entre autres Les trois médecins (Winckler), Mon vieux (Jonquet), Le potentiel érotique de ma femme (Foenkinos) et Biographie de la faim (Nothomb). Malheureusement, personne n'a présenté Le dernier ami (Ben Jelloun), qui me tente bien, mais le lecteur qui avait prévu d'en parler était malade et absent.

Curieusement, aucun livre politique, journalistique, économique ou de société n'a été présenté, ce qui ne manque pourtant pas en ce moment. Peut-être que ce n'est pas la lecture préférée du public de la médiathèque; j'avais bien l'impression de n'être qu'au milieu d'étudiants en lettres et de leurs profs.

La prochaine fois: je m'inscrirai au PS et à l'UMP (pour pouvoir notamment voter sur toutes les questions qui ont une influence plus nationale que partisane comme hier soir) et j'aurai comme ca une bonne crédibilité pour venir parler de bouquins de politique et d'économie à l'institut francais :-)