/* */ /* */

mardi, septembre 20, 2005

Mort à Vienne

Simon Wiesenthal est mort aujourd'hui à Vienne à l'âge de 96 ans. Rescapé des camps de concentration nazis de Buchenwald et Mauthausen pendant la seconde guerre mondiale, il passa le reste de sa vie à chasser dans le monde entier les anciens nazis pour les amener devant les tribunaux, et a joué un rôle clé dans l'arrestation de certains, comme Eichmann ou Stangl. Il créa le Centre Simon Wiesenthal en 1977 (dont le siège européen est à Paris), qui organisa notamment à Vienne des manifestations contre le parti populiste FPÖ et son leader Jörg Haider, les manifestants frottant les trottoirs en souvenir des juifs forcés de le faire à Vienne en 1938.

Simon Wiesenthal vivait à Vienne depuis plus de vingt ans, d'où il avait fait d'ailleurs quelques déclarations sur le passé nazi de certains hommes politiques modernes autrichiens, ce qui lui avait valu des remontrances à peine cachées par une certaine partie de la classe politique autrichienne. Il avait été victime d'un attentat en 1982 devant son domicile de Vienne.

Il fut fait citoyen d'honneur de la ville de Vienne en 1995, qui fit construire sur son impulsion un mémorial de l'Holocauste sur la Judenplatz, dans le premier arrondissement.

mercredi, septembre 14, 2005

Vienne et l'Europe


C'est de foot que je veux parler, une fois n'est pas coutume. Ca fait maintenant presque 10 ans que l'Autriche n'avait aucun club la représentant dans la crème des compétitions en Europe, la Ligue des Champions. Cette année, c'est le cas, avec le Rapid Wien.

Certes, c'est un des grands clubs autrichiens, régulièrement champion d'Autriche (mais dans un championnat à 7 clubs, bon...), et tout le pays semple derrière lui, parce que son capital sympathie est immense comme pour tout petit poucet au milieu d'un champ de mammouths. Dans ce cas, les mammouths se nomment Real Madrid, Arsenal, Chelsea, FC Barcelone, AC Milan etc. Et le Bayern de Munich, qui vient à Vienne ce soir pour affronter le Rapid sur ses terres, et le visiteur est donné grandissime favori.

Ils n'en fallait pas plus aux autrichiens pour se mobiliser: même si l'enjeu sportif avait été de second ordre, il s'agit quand même de fierté nationale face à la grande Allemagne voisine, et une victoire contre le Bayern ferait plus plaisir ici que n'importe quelle victoire contre les anglais, les espagnols ou les italiens.

J'ai dit que tous le pays était derrière le Rapid? tous, non, en fait. Pas les supporteurs de l'Austria Wien, autre grand club de la capitale et éternel rival du Rapid. Ceux-là regarderont la télé du coin de l'oeil, voire iront même jusqu'à aller au stade Ernst-Happel ce soir soutenir les bavarois... Vienne est comme ca: il y a les weißgrün d'une part, fans du Rapid, en effervescence ce soir, et les violett de l'autre, fans de l'Austria.

J'ai choisi mon camp, je suis pour Lyon de toutes facons :-)